NZBGet

Ubuntu 20.04 – Installation de NZBGet avec Docker et Traefik

Multiplateforme et open source, NZBGet est un grabber Usenet écrit en C++ qui vous permet de récupérer flux et news, le tout en un minimum de temps et en monopolisant un minimum de ressources systèmes.

NZBget permet, à partir d’un fichier NZB, de télécharger automatiquement la liste complète des fichiers RAR, de vérifier l’intégralité de chaque archive, d’extraire et de déplacer le fichier final dans le dossier de votre choix. Cette application, tournant en arrière plan, propose une interface web pour ajouter vos fichiers NZB via votre navigateur ou smartphone.

NZBGet sera accessible depuis l’extérieur via Traefik utilisé comme reverse proxy et sera sécurisé grâce à un certificat SSL/TLS délivré par Let’s Encrypt.

1 – Prérequis

  • Vous devez disposer d’Ubuntu 20.04 en version Desktop, Server ou ARM (Raspberry Pi). Si vous disposez d’une version antérieure, vous pouvez mettre à jour votre système en suivant cette procédure.
  • Votre utilisateur doit avoir accès à sudo.
  • Les paquets curl et software-properties-common doivent être installés sur votre système. Dans le doute, tapez la commande suivante :
    sudo apt-get install -y curl software-properties-common
  • Vos dépôts APT doivent être à jour. Dans le doute, tapez la commande suivante :
    sudo apt-get update

2 – Installation de Docker & Docker Compose

Docker

  1. Installez Docker :

    sudo apt-get install -y docker.io
  2. Vérifiez que Docker est correctement installé avec la commande :

    docker -v
    Docker version 19.03.8, build afacb8b7f0

    La commande doit retourner la version installée de Docker.

Docker Compose

  1. Téléchargez Docker Compose avec la commande suivante en modifiant la version si besoin avec la dernière release du repository officiel de Docker :

    sudo curl -L https://github.com/docker/compose/releases/download/1.26.2/docker-compose-`uname -s`-`uname -m` -o /usr/local/bin/docker-compose
  2. Ajoutez les droits d'exécution sur le binaire de Docker Compose :

    sudo chmod +x /usr/local/bin/docker-compose
  3. Vérifiez l'installation de Docker Compose avec la commande :

    docker-compose -v
    docker-compose version 1.26.2, build 8a1c60f6

    Si l'installation s'est correctement effectuée, cette commande doit vous renvoyer la version de Docker Compose.

  1. Installez les dépendances requises pour Docker Compose :

    sudo apt install -y python3-pip libffi-dev
  2. Installez Docker Compose :

    sudo pip3 install docker-compose
  3. Vérifiez l'installation de Docker Compose avec la commande :

    docker-compose -v
    docker-compose version 1.26.2, build 8a1c60f6

    Si l'installation s'est correctement effectuée, cette commande doit vous renvoyer la version de Docker Compose.


3 – Droits Unix : un utilisateur dédié nzbget

Il est recommandé, pour des raisons de sécurité, de créer un utilisateur dédié à la gestion du volume NZBGet et de ne pas le lancer sous votre super-utilisateur.

  1. Créez un utilisateur nzbget :

    sudo adduser nzbget
  2. Ajoutez-le au groupe docker :

    sudo adduser nzbget docker

4 – Création du volume NZBGet

  • Connectez-vous sous l’utilisateur nzbget :

    su nzbget
  • Déplacez-vous dans le répertoire personnel de cet utilisateur :

    cd
  • Créez le fichier /home/nzbget/docker-compose.yml et modifiez les lignes en surbrillance en fonction de votre configuration :

    version: '3.7'
    services:
      nzbget:
        image: linuxserver/nzbget:latest
        container_name: nzbget
        restart: unless-stopped
        ports:
          - 6789:6789
        environment:
          - PUID=1001
          - PGID=1001
          - TZ=Europe/Paris
        volumes:
          - /home/nzbget/config:/config
          - /home/nzbget/downloads:/downloads
    • PUID et GUID : ces deux variables représentent respectivement l’identifiant et le groupe de votre utilisateur nzbget. Ces valeurs peuvent être différentes d’un système à l’autre. Tapez la commande suivante pour obtenir le PUID et GUID de votre utilisateur nzbget :
      id nzbget
      uid=1001(nzbget) gid=1001(nzbget) groups=1001(nzbget),999(docker)
      Dans cet exemple, le uid correspond au PUID et le gid correspond au PGID.
    • /home/nzbget/config:/config : chemin absolu des répertoires partagés entre votre système et le container docker. La première partie /home/nzbget/config (avant le séparateur « : ») représente le chemin où le fichier de configuration sera stocké sur votre système. Si vous choisissez un chemin autre que celui-ci, assurez-vous que l’utilisateur nzbget ait les droits de lecture et d’écriture dans le répertoire spécifié. La deuxième partie /config représente le chemin du fichier de configuration à l’intérieur du container docker. Cette dernière ne doit pas être modifiée.
    • /home/nzbget/downloads:/downloads : même principe mais pour l’emplacement de vos fichiers téléchargés.
  • Démarrez le container nzbget :

    docker-compose up -d
  • Listez vos containers avec la commande :

    docker ps -a
    CONTAINER ID        IMAGE                        COMMAND             CREATED             STATUS              PORTS                    NAMES
    cea2005870b3        linuxserver/nzbget:latest    "/init"             42 seconds ago      Up 42 seconds       0.0.0.0:6789->6789/tcp   nzbget
  • Revenez sous votre super utilisateur :

    exit

Si vous êtes en local, vous pouvez désormais accéder à NZBGet via http://localhost:6789.

5 – Accéder à NZBGet depuis l’extérieur avec Traefik

N'oubliez pas d'ajouter des règles DNS pour chacun des sous-domaines dans l'interface administrateur du fournisseur de votre nom de domaine pour pointer vers l'IP de votre serveur. Les règles à ajouter sont de type « A ».

Si votre serveur est hébergé chez vous, il sera aussi nécessaire de créer une redirection du port 80 et 443 vers votre serveur dans l'interface de configuration de votre box internet (ou routeur).

Traefik est un reverse-proxy et un load-balancer moderne conçu (par un Français) pour faciliter le déploiement des microservices (Docker, Kubernetes, AWS, etc.). Traefik est extrêmement simple à configurer et gère automatiquement vos certificats délivrés par Let's Encrypt. Il les renouvelle 30 jours avant leurs expirations sans action de votre part. De plus, il est capable de charger vos containers dynamiquement sans interruption de service et dispose d'un dashboard affichant l'ensemble de vos routes configurées.

Si vous avez déjà un Traefik sous Docker, vous pouvez vous rendre directement à l'étape 5.4.

5.1 - Création de l'utilisateur traefik

Si vous avez plusieurs containers ou si vous avez pour projet d'en ajouter par la suite, il est préférable d'isoler le container Traefik. Il est recommandé de ne pas le lancer sous votre super-utilisateur et de créer un utilisateur dédié.

  1. Créez un utilisateur traefik :

    sudo adduser traefik
  2. Ajoutez-le au groupe docker :

    sudo adduser traefik docker

5.2 - L'image et réseau Traefik

  1. Connectez-vous sous l'utilisateur traefik :

    su traefik
  2. Déplacez-vous dans le répertoire personnel de cet utilisateur :

    cd
  3. Créez le réseau dédié à Traefik et à l'ensemble de vos containers :

    docker network create traefik_network
  4. Créez le fichier /home/traefik/docker-compose.yml en ajoutant le contenu suivant :

    version: '3.7'
    services:
      traefik:
        image: "traefik:v2.2"
        container_name: "traefik"
        restart: unless-stopped
        networks:
          - traefik_network
        ports:
          - "80:80"
          - "443:443"
        volumes:
          - /var/run/docker.sock:/var/run/docker.sock:ro
          - /home/traefik/traefik.toml:/traefik.toml:ro
          - /home/traefik/acme.json:/acme.json
    
    networks:
      traefik_network:
        external: true
    
    • /var/run/docker.sock:/var/run/docker.sock:ro : précise le socket Unix de votre docker. Laissez cette valeur par défaut.
    • /home/traefik/traefik.toml:/traefik.toml:ro : précise le chemin du fichier de configuration de Traefik. Nous le créerons à l'étape suivante.
    • /home/traefik/acme.json:/acme.json : précise le chemin du fichier contenant les informations relatives à vos certificats.
    • traefik_network : ici nous spécifions le réseau dédié à Traefik. Nous ajouterons aussi le container NZBGet dans ce réseau par la suite.

5.3 - Configuration Traefik

Traefik peut être configuré de différentes manières, nous allons détailler ici, la configuration recommandée par Traefik, à savoir par un fichier statique au format TOML.

  1. Traefik stocke les informations liées au certificat dans un fichier acme.json. Vous devez au préalable créer le fichier et lui attribuer un minimum de permissions :

    touch /home/traefik/acme.json && chmod 600 /home/traefik/acme.json
  2. Créez le fichier de configuration Traefik /home/traefik/traefik.toml en ajoutant les lignes suivantes. L'unique propriété à modifier est l'email :

    [providers.docker]
      endpoint = "unix:///var/run/docker.sock"
      watch = true
      exposedByDefault = false
    
    [entryPoints.web]
      address = ":80"
      [entryPoints.web.http.redirections.entryPoint]
        to = "websecure"
        scheme = "https"
    
    [entryPoints.websecure]
      address = ":443"
    
    [certificatesResolvers.leresolver.acme]
      email = "votre-adresse@email.com"
      storage = "acme.json"
      [certificatesResolvers.leresolver.acme.httpChallenge]
        entryPoint = "web"
    • [providers.docker] : cette directive permet tout simplement d'activer le support Docker.
    • endpoint = "unix:///var/run/docker.sock" : précise le socket Unix de votre Docker à Traefik. Laissez la valeur par défaut.
    • watch = true : permet de déployer à chaud les containers dès qu'un changement dans la configuration est détectée.
    • exposedByDefault = false : n'expose pas par défaut les containers au monde extérieur. Il est préférable d'activer cette option dans le docker-compose.yml pour chacun des containers dans le cas où, si pour une raison ou une autre, vous ne souhaiteriez plus rendre accessible un container de l'extérieur.
    • [entryPoints.web] et [entryPoints.websecure] : ces directives définissent les points d'entrée de votre Traefik. web et websecure sont purement indicatifs, vous pouvez les nommer autrement mais ils doivent correspondre aux labels que nous définirons plus tard dans le docker-compose.yml. Les propriétés address précisent les ports sur lesquels Traefik « écoute » en fonction du point d'entrée.
    • [entryPoints.web.http.redirections.entryPoint] : force la redirection du port 80 vers le port 443 donc force le HTTP en HTTPS.
    • [certificatesResolvers.[NOM_RESOLVEUR].acme] : nous indiquons ici que nous souhaitons utiliser le protocole ACME (donc le service Let's Encrypt) pour obtenir un certificat. Le nom du résolveur est purement indicatif, il doit simplement correspondre aux labels que nous définirons plus tard dans le docker-compose.yml.
    • storage = "acme.json" : la propriété storage précise à Traefik le fichier (que nous avons créé précédemment) où seront stockées les informations relatives aux certificats. L'erreur commune est d'indiquer le chemin absolu (dans notre cas /home/traefik/acme.json), ici le chemin à renseigner est celui au sein du container Traefik, il faut donc laisser cette valeur par défaut.
    • [certificatesResolvers.[NOM_RESOLVEUR].acme.httpChallenge] : cette directive précise tout simplement par quel point d'entrée (dans notre cas le port 80) Traefik peut obtenir un certificat.
  3. Déplacez-vous dans le répertoire personnel de l'utilisateur traefik et démarrez le container :

    cd
    docker-compose up -d

5.4 – Labels nzbget et réseau Traefik

  1. Connectez-vous sous l’utilisateur nzbget et déplacez-vous dans son répertoire personnel :

    su nzbget
    cd
  2. Dans votre fichier /home/nzbget/docker-compose.yml, ajoutez le réseau traefik_network dans la configuration du container NZBGet et en fin de fichier. De plus, toutes les expositions de ports sont inutiles, vous pouvez donc supprimer la directive ports: avec les ports associés.

    Enfin, ajoutez les labels permettant de communiquer avec Traefik (seul le domaine est à modifier par le vôtre) :

    version: '3.7'
    services:
      nzbget:
        image: linuxserver/nzbget:latest
        container_name: nzbget
        restart: unless-stopped
        networks:
          - traefik_network
        environment:
          - PUID=1001
          - PGID=1001
          - TZ=Europe/Paris
        volumes:
          - /home/nzbget/config:/config
          - /home/nzbget/downloads:/downloads
        labels:
          - "traefik.enable=true"
          - "traefik.docker.network=traefik_network"
          - "traefik.http.routers.nzbget.entrypoints=web,websecure"
          - "traefik.http.routers.nzbget.rule=Host(`nzbget.mondomaine.com`)"
          - "traefik.http.services.nzbget.loadbalancer.server.port=6789"
          - "traefik.http.routers.nzbget.tls=true"
          - "traefik.http.routers.nzbget.tls.certresolver=leresolver"
    
    networks:
      traefik_network:
        external: true
    • traefik.enable=true : ce label expose le container au monde extérieur. Il surchage la propriété exposedByDefault de votre fichier /home/traefik/traefik.toml.
    • traefik.docker.network=traefik_network : ce label précise à Traefik quel réseau utilise le container NZBGet.
    • traefik.http.routers.[NOM_DU_CONTAINER].entrypoints : chaque règle de routage spécifique à un container doit être spécifiée par un nom, ici nous utilisons tout simplement le nom du container. Le label entrypoints précise que les requêtes entrantes sur les points d’entrée web (port 80) et websecure (port 443) seront transmises au container.
    • traefik.http.routers.[NOM_DU_CONTAINER].rule=Host(`nzbget.mondomaine.com`) : ici nous précisons une règle, toute requête arrivant sur http://nzbget.mondomaine.com sera transmise au container nzbget.
    • traefik.http.services.[NOM_DU_CONTAINER].loadbalancer.server.port=[PORT] : ici nous précisons le port du container sur lequel les requêtes doivent être transmises.
    • traefik.http.routers.[NOM_DU_CONTAINER].tls : active le support SSL/TLS.
    • traefik.http.routers.[NOM_DU_CONTAINER].tls.certresolver : précise le résolveur et donc les certificats à utiliser.
  3. Déplacez-vous dans le répertoire personnel de l’utilisateur nzbget et démarrez le container :

    cd
    docker-compose up -d
Il est nécessaire de patienter 2 à 3min avant d’accéder à NZBGet, le temps que Traefik génère vos certificats SSL/TLS.

6 – Configuration de NZBGet

  • Accédez à NZBGet via https://nzbget.mondomaine.com/ (login : nzbget / password : tegbzn6789).

  • Dans Settings → SECURITY, modifiez les informations de connexion par défaut et choisissez une authentification par formulaire :

    1
    2
    3
    blank
    1

    Modifiez l’utilisateur par défaut

    2

    Modifiez le mot de passe par défaut

    3

    Activez l’authentification par formulaire

  • Terminez par ajouter les informations de votre provider dans Settings → NEWS-SERVERS :

    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    blank
    1

    Renseignez un nom de provider (purement indicatif)

    2

    Renseignez l’URL de connexion de votre provider

    3

    Renseignez le port de connexion de votre provider

    4

    Renseignez votre identifiant

    5

    Renseignez votre mot de passe

    6

    Activez le protocole SSL/TLS en fonction des données fournies par votre provider

    7

    Vérifiez les informations saisies

  • Cliquez sur « Save all changes » pour sauvegarder votre nouvelle configuration.

Ubuntu 20.04 ServerDocker 19.03.8
Docker Compose 1.26.2
Traefik 2.2
NZBGet 21.1-r2311



0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *